Otages de la pluie

Retour à la guesthouse des expats vers 17h30… la nuit tombe, des chauve-souris géantes rôdent et la pluie ne va pas tarder ! Pas de courant ! Pas très grave, c’est la 4eme fois en 2 jours…
 
Soudain, les quelques gouttes se transforment en seaux ! C’est la première fois que j’assiste à un tel orage… Et Jacques n’est pas prêt de l’oublier, lui qui s’est lancé à l’assaut du quartier le temps d’une balade ! Avec l’obscurité et cette eau, il n’a d’ailleurs pas pu échapper à la chute… et c’est l’oeil depité qu’il rentre !
 
Nos expats ont rejoint Colombo ce soir. Quant a nous, nous pensions héler un « touk touk » (les triporteurs fous) pour sortir manger et envoyer quelques mails… mais avec ce temps, la rue est déserte et il ne vaut mieux pas s’aventurer dehors si nous voulons rester secs ! On a donc, après des fouilles en règle des placards ( sorry les gars, pas le choix) mis au jour un butin de choix : un reste de pâtes, 2 tomates, 1 oignon, 1 bière et 2 bougies ! Miam, un vrai régal !

Publicités

~ par croixrouge sur novembre 19, 2006.

2 Réponses to “Otages de la pluie”

  1. Qui a dit que le Sud est idyllique ? Un brin de mousson : il n’y a que cela de vrai : on se sent vivre !
    Bref revenez-nous avec le plein d’infos et je suis déjà fort avide de vos anecdotes, et autres « histoires humanitaires ».
    Chers reporters humanitaires : bon appétit ! Bonnne bière, bonne tomate, bon oigon : un vrai souper aux chandelles authentique comme on en fait plus…
    Au tout grand plaisir de vous revoir dans nos contrées brumeuses à l’agréable crachin !
    A plus !
    Vince

  2. A vous lire, je me revois en Afrique, presque surpris par une de ces courtes averses qui ressemblent plus au déversement d’un lac qu’à une pluie passagère. Autre détail amusant c’est que j’étais au restaurant à discuter sur ce qui se faisait sur place pour améliorer la condition des gens. Mais vous, vous videz une armoire et travaillez concrètement à améliorer leur condition. Alors à vous, chapeau bas!
    C’est un plaisir de vous lire et surtout, avant tout, d’apprendre ce qui a été fait sur place.
    Encore un petit détail… j’ai souvent eu ce sentiment que cette solidarité dont vous parlez semble être le coeur des pauvres, un coeur qui donne sans attendre à recevoir… s’ils avaient un hymne, on pourrait l’appeler « Solidarité ».

    Merci pour ce blog et au plaisir,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :